Maison Suzanne (teaser)
  •  
  • Simulation of a performance played in live with four singers
  •  
  • Vidéo simulation d’une performance jouée par quatre chanteurs
  •  
  • Interprétation : Lorraine Ouvrieu & Sylvain Rebut-Minotti
  • LE PROJET
  •  
  • Suite au Prix Zervos-Bourgogne et la résidence associée à la Maison Zervos en juillet-août 2013, j’ai initié un projet intitulé Maison Suzanne.
  •  
  • Ce projet utilise plusieurs médiums : La performance, le dessin, la photographie et l’installation.
  •  
  • 1) La performance musicale
  • -> voir Maison Suzanne au Théâtre de la Ville
  •  
  • J’ai composé un ensemble de dix partitions musicales a cappella pour quatre chanteurs.
  • Cette performance, chantée en français, raconte l’histoire fantasmée de la Casa Suzanna.
  • Dans le livre, il n’y a aucune information sur l’identité des protagonistes et ce qu’ils faisaient. J’ai donc décidé d’inventer leur quotidien, leurs occupations au sein de la maison, les jalousies, les doutes, les angoisses et les joies que ce lieu pouvait renfermer. J’ai aussi imaginé leur vie hors de la maison. Certains devaient être mariés, d’autres non. Certains étaient peut-être chefs d’entreprise tandis que d’autres menaient des existences plus marginales. 
  •  
  • Le choeur joue sur plusieurs registres et navigue du chant choral classique à des moments plus bruitistes et expérimentaux.
  •  
  • Ces chansons n’ont pas vocation à être militantes ou à évoquer un quelconque contenu politique, il y est d’avantage question de scènes de la vie domestique. On s’y retrouve, on fait un diner un peu arrosé, on joue au scrabble quand il pleut, on se compare, on s’ énerve, on rit, on prend la pause sur une estrade improvisée au milieu du salon, on feuillette les magazines, on commente la dernière tenue de Jackie Kennedy et on va se coucher.
  • Cette performance est jouée devant le public au sein de l’exposition.
  •  
  • 2) Les partitions
  • -> voir "Les cannibales"
  •  
  • Les performers exécutent ce que commandent les partitions accrochées dans l’espace d’exposition.
  •  
  • Ces partitions portent, bien entendu, des informations mélodiques mais aussi des indications de jeu scénique et de déplacement. Elles ont vocation à pouvoir être autonomes et permettre à cette performance d’avoir lieu, avec ou sans ma présence.
  • Contrairement à l’usage habituel, les partitions sont accrochées au mur. Chaque morceau est d’un seul tenant c’est-à-dire qu’il est contenu sur une seule et même page. Ces partitions font en moyenne plus d’ 1m50 de haut pour plus d’ 1m de large. Elles sont de taille importante car elles doivent pouvoir être lues lues durant la performance par les chanteurs.
  • Chaque partition est entièrement exécutée à la main. En plus des codes habituels du solfège se trouvent des indications scéniques, ainsi que des codes-couleur et d’autres éléments graphiques qui traduiront entre autre l’intensité de chaque mélodie et bien d’autres éléments encore. J’essaie de renouveler les codes graphiques et tente d’inventer de nouveaux signes, à mi-chemin avec le dessin. Ce travail dessiné et sémantique s’inspire librement de partitions chorégraphiques et de musique contemporaine.
  • Je travaille également sur le légendage afin que ces partitions puisse être décryptées par n’importe quel musicien.
  •  
  • 3) L’installation sonore
  • -> voir l’installation Sonore
  •  
  • Parallèlement à cela, une installation restititue la performance. Cette installation en multidiffusion rejoue les quatre voix des chanteurs. 
  •  
  • 4) Les dessins 
  • -> voir "La pause"
  •  
  • Je me suis inspiré des illustrations qui se trouvent traditionnellement en page de garde des partitions du XIXe et de la première partie du XXe siècle.
  • Sur ces partitions, on constate une véritable recherche et un certain raffinement pour la typographie, l’illustration et la mise en page. J’ai voulu que ma pièce musicale soit accompagnée ainsi d’une page de garde.
  • Chaque morceau a sa page illustrée mais tout comme les partitions, les dessins sont de très grands formats (environ 1,20m x 1,60m) et exécutés au feutre.
  • Inspirées par les partitions traditionnelles, un peu édulcorées et rococo, ces illustrations font la part belle à la faune et à la flore ; je m’amuse à reprendre ce vocabulaire formel dans de grands dessins nourris d’une foule de détails.
  • Au milieu de cet univers onirique foisonnant, les travestis de la Maison Suzanne prennent la pause et se photographient.
The project
  •  
  • Le projet
The pose
  •  
  • "La pose"
  •  
  • 125cm x 175cm
  • dessin sur papier, stylo, feutres et feuille d’or.
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  •  
  • 2014
Home platform #1
  •  
  • Maison-estrade
  •  
  • 103cm x 70cm
  • papier millimétré, stylo, feutres et feuille d’or
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  •  
  • 2014
The landscapes of the devil
  •  
  • Les paysages du diable
  •  
  • Dimensions variables
  •  
  • Collages d’images provenant de livres de géographie
  • Contrecollage sur médium 10mm
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  •  
  • 2014
Two Fantasy landscapes
  1.  
  2. Paysages fantasmés n° 1&2
  3.  
  4. Collage
  5.  
  6. 30x70cm & 40x29cm
  7.  
  8. 2013-2014
Press
  1.  
  2. Presse - Août 2013
Project sources
  •  
  • Les sources du projet
  •  
  • J’ai découvert, il y a un peu plus d’un an, un livre qui répond au titre de “Casa Suzanna”.
  • Ce livre m’a beaucoup marqué.
  • Il est le point de départ de mon projet.
  •  
  • Cet ouvrage, édité en 2005 aux Etats-unis, est un recueil d’une centaine de photographies datant de la fin des années 50. L’ éditeur les a trouvées par hasard dans un marché aux puces quelques années auparavant. Sur celles-ci, on y voit toujours le même groupe de personnes qui se réunit, nous dit en introduction l’ éditeur, tous les week-end de 1959 à 1964.
  •  
  • Le cadre est toujours le même : une maison de campagne dans l’état de New York.

  • Les protagonistes aussi : ce sont des hommes qui se travestissent en femmes et qui se retrouvent toutes les fins de semaine pour s’adonner, à l’abri des regards, à cette occupation.


  • Passé l’étonnement face aux premières photographies, on tombe rapidement en empathie avec cette communauté secrète. Au fil des pages, on identifie les différents protagonistes et la “Casa Suzanna” apparait comme un espace de liberté qui jure avec la société conservatrice de l’époque.


  • Dans les années 1950 et 1960, la sexualité des américains fait face à un système juridique puritain très homophobe. 


  • Très peu d’établissements accueillent ouvertement les homosexuels. Il est interdit de leur servir des boissons alcoolisées, de danser entre hommes ou de se travestir. Les descentes et contrôles de police dans les bars suspectés d’être fréquentés par les homosexuels étaient monnaie courante aux États-Unis. Les forces de l’ordre justifiaient ces mesures par l’attentat à la pudeur en cas de baiser, le port de vêtements traditionnellement réservés au sexe opposé, ou simplement la vente prohibée d’alcool aux homosexuels.


  • Les émeutes de Stonewall, événement contre un système persécutant les homosexuels, n’auront lieu qu’en 1969. Ces émeutes représentent le moment symbolique marquant le début du mouvement des droits civiques pour les homosexuels, aux États-Unis et partout dans le monde.


  • Les photographies de Casa Suzanna ont commencé à être prise dix ans avant 1969 ; on peut aisément imaginer à quel point la société de l’époque pouvait être conservatrice, répressive et moralisatrice.

  • Cette maison était par conséquent un endroit secret, précieux où les protagonistes pouvaient enfin se révéler et exister.
  •  
  • Ma pratique première étant la photographie, la question de la représentation et du rapport au modèle m’intéresse tout particulièrement. Sur certaines reproductions du livre, en arrière plan, on peut voir des images laissées sur une table, l’un d’entre eux les manipulant ; Cela laisse supposer que l’acte photographique était partie prenante de leurs réunions.
  •  
  • L’agencement, l’organisation d’une mémoire, d’un album de famille semblent avoir été une volonté de leur part.
Project sources
  •  
  • Les sources du projet
home platform #2
  1.  
  2. Maison estrade °2
  3.  
  4. Graph paper / Papier millimétré 
  5.  
  6. Marker, collages and black pen / Feutres, collages et stylo noir
  7.  
  8. 100x80cm
  9.  
  10. 2013-2014
Woman mountain
  1.  
  2. Femme-montagne
  3.  
  4. Collage
  5.  
  6. 70cm x 80cm
  7.  
  8. 2013-2014
Maison Suzanne au Théâtre de la Ville
 
  1. "Danse élargie" - juin 2014
  2. Avec F. Hille, T. Menoux, L. Ouvrieu & L. Stachnick
  3. Accessoires : V. Lorne, A. Battistella & G. Vacher
  4. Oeil bienveillant : T. Adam-Garnung
  5. Assistante mise en scène : S. Saulnier de Praingy
  6. Image, J. Carré
  7. Cliquez sur plein écran puis HD
Cannibals
  •  
  • Les cannibales
  •  
  • Partition en 4 morceaux :
  • - Partition : 101 cm x 123cm
  • - Titre : 47cm x 27cm
  • - La légende : 35,5cm x 65,5cm
  • - Notes de bas de page : 61cm x 32,5cm
  •  
  • Dessin sur papier, stylo, crayon et feutres
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  •  
  • 2014
Dance floor
  • Installation
  •  
  • Moquette imprimée (170x400cm), dessin (75x96cm) et tas de confettis posé dans un coin.
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  • 2014
The singers


 

  • Les chanteurs
  •  
  • Six photographies
  •  
  • 41x51cm et 51x41cm
  • Edition de 5.
  •  
  • Tirage photographique dans cadre en chêne.
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  • 2014
Stéréoscope #1
  1.  
  2. Bois, plastique & deux positifs
  3.  
  4. 165cm de haut
  5. Exposition à la Maison Zervos
  6. 2014
Stéréoscope #2
  •  
  • Bois, plastique & deux positifs
  •  
  • 165cm de haut
  • Exposition à la Maison Zervos
  • 2014
Untitled
  •  
  • Sans titre
  •  
  • Installation vidéo & 50 miroirs de différentes tailles
  • Exposition à la Maison Zervos
  • 2014
Sept arias, installation sonore
  •  
  • Installation en multi-diffusion
  •  
  • 25’ (boucle)
  •  
  • Sept arias pour trois hommes et une femme a capella.
  •  
  • Exposition à la Maison Zervos
  • 2014
Around the house
  •  
  • Autour de la maison
  •  
  • Edition limitée
  • 75 exemplaires.
  • Tamponnés et numérotés.
  •  
  • Mise en page de Sarah Saulnier de Praingy
  •  
  • Textes de Camille Paulhan, Thibaut Menoux & Aron F. Arnold
  •  
  • 2014
Press


Presse - Septembre 2014