45’’


HD - 1’ - 2007

  1. English below
  2.  
  3. FRANÇAIS
  4.  
  5. "prendre sa respiration et compter jusqu’à 45 et même parfois plus
  6. à la piscine petit maillot et hop dans l’eau
  7. la cousine est sur le bord
  8. elle a une montre “flic flac” qui peut aller jusqu’à 3 mètres de profondeur
  9. c’est marqué dessus
  10. un cadeau d’anniversaire.
  11. je prends ma respiration.
  12. les pieds joints sur le bord.
  13. les cuisses tendues.
  14. un deux trois
  15. le poitrail en avant comme un coq avant le cocorico
  16. je dois battre le record de Romain
  17. cette fois-ci c’est la bonne
  18. et je m’élance le corps ferme et volontaire dans l’ eau chlorée.
  19. la grosse dame en rose est encore plus laide vue d’en dessous.
  20. elle est poursuivie par le ventripotent poilu à maillot vert.
  21. la rattrapera-t-il ?
  22. peu importe.
  23. il faut arriver jusqu’à l’autre bord de la piscine la tête sous l’eau.
  24. sinon maman mourra d’un coup d’un seul.
  25. sinon je ne suis qu’un gros pédé.
  26. sinon tout le monde rira de moi à la récré.
  27. sinon rien n’existe et je suis un cobaye dans un laboratoire d’expérimentation
  28. et je sens déjà les aiguilles dans la tête qui s’enfoncent
  29. et les savants sadiques qui rigolent."
  30.  
  31. ENGLISH
  32.  
  33. "taking my breath and counting up to 45 and sometimes even further.
  34. At the swimming pool, swimsuit and off I go in the water
  35. The cousin is on the edge
  36. She’s got a “flic flac” watch, that can go underwater, up to 10 feet
  37. That’s what it says on the dial
  38. A birthday gift
  39. I’m taking a deep breath
  40. Feet together on the edge.
  41. Tense thighs
  42. One two three
  43. Chest like a rooster before its cock-a-doodle-do
  44. I have to beat Romain’s score.
  45. This time it’s the right one
  46. And I’m dashing, my body firm and self-willed in chlorinated water.
  47. The fat lady in pink is even more ugly seen from a bottom view.
  48. She’s being chased by the hairy dude with the green swimsuit.
  49. Will he catch her ?
  50. It doesn’t matter.
  51. need to reach the other edge of the pool, my head under the water.
  52. Or mum will die all of sudden.
  53. Or I’m just a big faggot.
  54. Or everyone will laugh at me at playtime.
  55. Or nothing is real and I’m a guinea pig in a lab.
  56. And I’m already feeling the needles sinking in my head
  57. And the sadist scientists laughing."
45’’


HD - 1’ - 2007

Uniforms


Les uniformes


HD - 10’ - 2008

  1. English below
  2.  
  3. Equipe technique / Film crew : Romain Guillet et Nicolas Brasseur
  4. Acteurs / Actors : Martin Argyroglo, Colombe, René Comte, Déborah Coustols, Giovanna D’Etorre, Marion Guillet, Thierry Leviez, Franck Rezzak, Aurore Rouillay, Quentin Vandewalle. 
  5.  
  6. FRANÇAIS
  7.  
  8. Dans une pièce blanche, un groupe s’installe et s’occupe comme il peut.
  9. Ils sont huit, trois garçons, cinq filles, en tout 428kg.
  10. Ils dansent, comptent, s’étreignent, disent oui-non, marchent, courent sur place, se font la courte-échelle, se toisent, se
  11. tendent, se dévisagent, se zieutent en coin, se comparent, se taisent ou parlent, se touchent, se caressent, se pincent,
  12. se cramponnent, se rencontrent pour la première fois, se connaissent depuis toujours, se poussent, se tirent, s’appuient,
  13. se portent, s’aident à combler le silence de la pièce vide, se sourient, font la gueule, six pieds de long, une tête au carré, en rond, ils applaudissent ou s’en frottent les mains, ça dépend de leur implication, ils se ressemblent, ils sont pourtant bien différents, c’est une histoire d’uniformes.
  14. ils n’ont pas choisi de s’habiller ainsi mais ils savent être souple quand on leurs demande gentiment, c’est une histoire de manière, une histoire d’espace aussi, car les lieux vides se remplissent vite, surtout les espaces blancs, mais ils ont vite l’air sale, c’est l’inconvénient, on a beau balayer, épousseter, ranger, structurer, faire des boîtes, ça fait toujours désordre, on ne sait pas pourquoi.
  15. C’est comme ça.
  16.  
  17. ENGLISH
  18.  
  19. In a white room, a group settle down and do what they can.
  20. They are 8 : 3 boys, 5 girls, a total of 428 kilos.
  21. They dance, count, hold each other, say yes-no, walk around, run on the spot, give a leg up, look at each other out of the corner of their eyes, stare each other out, compare themselves, are silent or speak, touch, caress, pinch, tug, meet themselves for the first time, know each other since always, push, pull, carry, help each other to fill the silence of the empty room, smile, sulk, have long faces, they applaud or rub hands, it depends on their implication. They look the same, but are very different, it’s about uniform.
  22. They haven’t chosen to dress like this but can be flexible if you ask nicely, it depends on how you ask. It’s a question of space ; White spaces can become full quickly, particularly white ones, they also look dirty quickly, it’s inconvenient, we brush, we dust, we tidy, we organize, put in boxes, it always looks disorderly, we don’t know why.
  23. It’s like that.
Uniforms


Les uniformes


HD - 10’ - 2008

The forest


La forêt


Collaboration avec / with Sergiu Popescu


HD - 14’ - 2010

  1. English below
  2.  
  3. Ecrit et réalisé par / Written and directed by Gabriel Desplanque & Sergiu T. Popescu.
  4.  
  5. FRANÇAIS
  6.  
  7. "S’amuser à se faire peur est un jeu d’enfant auquel Gabriel Desplanque et Sergiu T. Popescu renouent en se promenant la nuit dans une forêt. Comme une sortie improvisée et complice, la balade vidéographique nocturne est l’occasion de redécouvrir toutes ces émotions irrationnelles et ces frayeurs puériles que l’on conjurait, enfant, par des rires nerveux. Décor privilégié des légendes fantastiques et des contes traditionnels, la forêt s’y transmue en un labyrinthe naturel où des parents cherchent à perdre leurs enfants, en un refuge de forces maléfiques dont on redoute les agressions à chaque pas, en un espace sonore où le moindre bruissement trahit une présence suspecte. Le noir y délie les langues qui chuchotent des confidences mais il amplifie aussi l’épouvante des histoires macabres que l’on se raconte."
  8.  
  9.  Jacques Py, Directeur du Centre d’art de l’Yonne
  10.  
  11. ENGLISH
  12.  
  13.  
  14. Having fun getting scared is children’s game with wich Gabriel Desplanque and Sergiu T. Popescu make up, wandering through a forest at night.
  15. Like an improvised and conniving walk out, the nightly videographic wander is an opportnity to rediscover all these irrational emotions and childish frights that we used to ward off, when we were kids, with giggles.
  16. A preffered scenery for fantastic legends, and traditionnals tales, the forest turns here into a natural labyrinth, where parents do their best to drop their children, into the shelter of evil forces whose agressions are dreadful to us, into a sonic space where the littlest litter betrays an ominous presence.
  17. Darkness allows whispers and confidences, but also magnifies the terror of the macabres stories we like to tell.
  18.  
  19. Jacques Py, Director of Centre d’art de l’Yonne
The forest


La forêt


Collaboration avec / with Sergiu Popescu


HD - 14’ - 2010

The poster


Le poster


HD - 12’ - 2010

  1. English below
  2.  
  3. FRANÇAIS
  4.  
  5. "Deux hommes parlent.
  6. Devant eux, une forêt, un poster de forêt ou le souvenir d’une forêt, on ne sait pas bien. 
  7. 1 - Quand je suis à bout je suis Romy Schneider, quand je suis froid, je suis Catherine Deneuve, quand je suis hystérique je suis Elizabeth Taylor, quand je suis mutin je suis Audrey Hepburn, quand je suis mystérieux je suis Marlène Dietrich, quand je suis vide je suis Isabelle Huppert...
  8. 2 - Il n’y a que des femmes, pourquoi ?
  9. 1 - Parce que la robe est un espace de projection pour les sentiments. Le pantalon ne permet pas ça. C’est évident.
  10. 2 - Ah.
  11. 1 - C’est pour ça que les femmes ont du maquillage et des costumes élaborés. Pour profiter d’une large palette d’émotions.
  12. 2 - Tu veux dire que les hommes n’ont pas d’émotion ?
  13. 1 - Non, ce sont juste de mauvais acteurs."
  14.  
  15. ENGLISH
  16.  
  17. "Two men talking.
  18. In front of them, a forest, a forest poster or the remembrance of a forest, we can’t really tell.
  19. 1 - When I’m worn out I’m Romy Schneider, when I’m cold I’m Catherine Deneuve, when I’m hysterical I’m Elizabeth Taylor, when I’m mischievous I’m Audrey Hepburn, when I’m mysterious I’m Marlene Dietrich, when I’m shallow I’m Isabelle Huppert...
  20. 2 - There only are women, why is that ?
  21. 1_ Because the dress is a projection space for all kind of feelings. Trousers are not suitable for that. Obviously.
  22. 2 - Ah.
  23. 1 - That’s why women wear make up and sophisticated outfits. To display a larger range of emotions.
  24. 2 - Do you mean men don’t have emotions ?
  25. 1 - No, they are just lousy actors."
The poster


Le poster


HD - 12’ - 2010

Gentlemen,


Messieurs,


DV - 7’ - 2006 

  1. English below
  2.  
  3. Acteurs par ordre d’apparition / Actors : Robert Normand, Franck Rezzak, René Comte, Michel Bayetto, Patrice Dutartre, Hubert Karaly, Dominique Bordas.
  4. Equipe technique / Film crew : Romain Guillet, Nicolas Brasseur, Pauline Curnier-Jardin, Anne Battistella.
  5.  
  6. FRANÇAIS
  7.  
  8. " L’énigme d’une chorégraphie étrange et instable, filmée en une suite de lents panoramiques s’inversant, indifférents au rythme sonore : six hommes autour de la quarantaine, portant moustache ou barbe et chemise blanche, devant une collection de piédestaux, exécutent des actions a priori absurdes dans le contexte d’un atelier ou d’un musée oubliés.
  9. Des jouets d’enfants et un septième personnage, le panoramique se brise. En bribes de rapports et de rapprochements excluant toute narrativité, Messieurs, génére, dans une tension des corps habités de gestes, sans signification mais non exempts de désir, qui pourraient être ceux de l’enfance, l’inquiétude étrange d’une temporalité et d’un espace incertains mettant en danger l’image même qui est produite."
  10. Texte de Jean-Marie Baldner extrait du communiqué de presse du festival d’art vidéo, Université Paris-Est Créteil, 2010.
  11.  
  12. ENGLISH
  13.  
  14. "This video is a serie of slow panoramic shots displaying a group of mustached men in their forties, wearing their Sunday attire in a historic place. Behind them are empty pedestals as though they have just descended ; they are gathered in a semi circle and stare at the camera when it gets closer to them. Trivial at the beginning, the actions they perform become more and more significant and strange, using common psychoanalytic symbols, and paced by a child’s instrument that beats the tempo, a sort of metronome that gets carried away.
  15. The rhythm of the video extends between the very slow scrolling of the panoramic shots and the frantic rhythm of the child’s toy, which creates a sort of constrained urgency.
  16. The accessories they use, the disguises, and the connections that take effect create just as many situations that compromise their own materiality before the camera, as the actors do not seem to have real autonomy, and can be more compared to puppets, executing absurd actions that overtake them. Their motions form a choreography of play, desire, and strangeness that can only end with the rupture of the panoramic shot, the only guarantee of the precarious equilibrium of this dance."
  17. by Jean-Marie Baldner, Université Paris-Est Créteil, 2010.
Gentlemen,


Messieurs,


DV - 7’ - 2006 

Rita
  1.  
  2. Vidéo installation on three screens / Installation vidéo sur trois écrans
  3.  
  4. HD - Loop / Boucle
  5.  
  6. 15’ - 2011
  1. English below
  2.  
  3. Acteurs / Actors : Déborah Coustols-Chatelard, Anthony Breurec, Farrah Mohammed, Florence Perrier, Anna Byskov, Julie Rodrigue, William Nadirub.
  4. Equipe technique / Film crew : Gabriel Desplanque.
  5. Bande-son / Soundrack : "The Lady From Shangaï" / "La Dame de Shangaï" de/by Orson Welles.
  6.  
  7. FRANÇAIS
  8.  
  9. "Rita" est une installation vidéo qui reprend la scène finale de "La dame de Shangaï" d’Orlon Welles (1947). Les acteurs rejouent à maintes reprises le rôle de Rita Hayworth sur trois écrans. Cette scène ne se termine jamais, le dernier souffle de Rita se répète et se répète encore. Pleurer pour contrer la mort, on ne voit pas d’autre solution.
  10.  
  11. ENGLISH
  12.  
  13. “Rita” is a movie which replays the final scene of “the Lady from Shangai” by Orson Welles (1947). Several actors are playing the role of Rita Hayworth on three screens. This scene never finishes, the last breath of Rita starts and restarts again. Crying to push away the end. Maybe, that’s the solution.
Rita
  1.  
  2. Vidéo installation on three screens / Installation vidéo sur trois écrans
  3.  
  4. HD - Loop / Boucle
  5.  
  6. 15’ - 2011
Maison Suzanne (teaser)
  1.  
  2. Simulation of a performance played in live with four singers / Vidéo simulation d’une performance jouée par quatre chanteurs
  3.  
  4. 5’32’’ - 2013
  5. Fait parti du projet Maison Suzanne
  1. English below
  2.  
  3. Acteur et chanteur / Actor and singer : Lorraine Ouvrieu & Sylvain Rebut-Minotti.
  4.  
  5. FRANÇAIS
  6.  
  7. Maison Suzanne est un projet d’exposition et de spectacle vivant.
  8. Cette vidéo est une simulation d’une performance jouée en live.
  9. Pour en savoir plus, cliquez sur l’onglet MAISON SUZANNE.
  10. Il s’agit d’un extrait, la perforance dure entre 30 et 40 minutes.
  11.  
  12. ENGLISH
  13.  
  14. Maison Suzanne is a project exhibition and performing arts.
  15. This video is a simulation of a performance played live.
  16. For more information, click on MAISON SUZANNE on the main menu.
  17. This is an extract, the all performance is during around 30-40 minuts.
Maison Suzanne (teaser)
  1.  
  2. Simulation of a performance played in live with four singers / Vidéo simulation d’une performance jouée par quatre chanteurs
  3.  
  4. 5’32’’ - 2013
  5. Fait parti du projet Maison Suzanne
Untitled
Maison Suzanne au Théâtre de la Ville (captation)
  1.  
  2. "Danse élargie" - juin 2014
  3. Avec F. Hille, T. Menoux, L. Ouvrieu & L. Stachnick
  4. Accessoires : V. Lorne, A. Battistella & G. Vacher
  5. Oeil bienveillant : T. Adam-Garnung
  6. Assistante mise en scène : S. Saulnier de Praingy
  7. Image, J. Carré
  8. Cliquez sur plein écran puis HD
Such Elegant Smiles (teaser)
  1.  
  2. De si gracieux sourires
  3.  
  4. Production Le Fresnoy, studio national
  5.  
  6. DCP - 18 minutes - 2015


 

  1. FRANÇAIS
  2.  
  3. De si gracieux sourires est un plan-séquence de 18 minutes.
  4. Une joyeuse faune, composée d’une actrice malhabile, d’un réalisateur condescendant, de trois psychiatres autoritaires, d’une conférencière et de son assistant aux étranges manières, d’un trio de chanteurs sur roulettes accompagné d’une chorale d’enfants, crée des histoires qui s’entremêlent et qui évoquent par différents cheminements narratifs et performatifs l’ambiguïté du sourire.
  5.  
  6. ANGLAIS
  7.  
  8. De si gracieux sourires (Such gracious smiles) is an 18-minute sequence shot.

  9. Different scenes follow on in a single space that is constantly modulated by the appearance and disappearance of the sets. This is the meeting of an awkward actress, a condescending director, three bossy shrinks who enjoy telling stories that end badly, a lecturer, an assistant with strange manners and a trio of singers on wheels accompanied by a children’s choir.
  10. This merry pack creates stories that intertwine and, by different narrative paths and performative actions, evoke the ambiguity and polysemy of the smile.
  11.  
  12. Distribution (par ordre d’apparition)
  13.  
  14. Marie Polet, Eric Paul, Jack Claudany, Patrick Sourdeval, Bryan Campbell, Anne-Constance Desgrousilliers, Fanny Chatelain, Lorraine Ouvrieu & Sylvain Rebut-Minotti.
  15. Et les enfants de la chorale du Conservatoire de Lille dirigés par Anne-Françoise Fritsch : Lilas Bausseron, Nathan Bayard, Emilie Caillet, Maxime El Hanafi, Violette Fonrose, Hacob Ghasabian, Sasha Liétar, Anna Miroslaw, Lisa Muchenbled, Nina Poirier, Astrèe Postic, Lilas Radiguer, Pacùme Riobé, Nell Van Leeuw & Louise Van Rechem.
  16.  
  17. Equipe
  18.  
  19. Chargée de production : Lucie Bercez
  20. 1ers assistants-réalisateur : Hugo Marchand (tournage) & Anaïs Duquenoy (préparation)
  21. 2nd assistant réalisateur : Robin Labriaud
  22. Direction d’acteur : Angel Liegent
  23.  
  24. Image : Guillaume Brault (chef opérateur)
  25. Bastien Rebena (assistant caméra), Jérémy Courmont (chef électricien), Perrine Lauras, Lénaïc Pujol & Antoine Hache (assistants électricien), Alexandre Gouveia (chef Machiniste), François Engrand (étalonnage)
  26.  
  27. Son​ : Jérôme Petit (chef opérateur son)
  28. Valentine Gelin & Ludivine Pele (perchwomen), Pierre Dernoncourt (assistant son), Jérôme Petit assisté de Valentine Gelin (montage son), Simon Apostolou (mixage son)
  29.  
  30. Décors : Coline Debee assistée de Béatrice Barrier, Alexis Langlois, Clio Simon, Maral Pourmandan, Sarah Saulnier de Praingy & Kate Krolle.
  31.  
  32. Costumes : Julie Leclerc
  33.  
  34. Maquillage : Audrey Boulin assistée de Coralie Badenas

  35. Régie : Simon Deschamps & Justine Van De Rosieren


  36. Cattering : Sèverine Lengagne


  37. Photographes plateau : Gille Ribero & Béatrice Barrier


  38. Un film produit par Le Fresnoy, Studio national.


  39. Avec le soutien du Conservatoire de Lille & la Condition Publique de Roubaix.

Such Elegant Smiles (teaser)
  1.  
  2. De si gracieux sourires
  3.  
  4. Production Le Fresnoy, studio national
  5.  
  6. DCP - 18 minutes - 2015


 

Statues (teaser)
  1.  
  2. Les statues
  3.  
  4. Production Eclats de Caromb
  5.  
  6. HD - 20 minutes
  7. 2015
God’s room (teaser)
 
  1. La chambre de dieu
  2.  
  3. DCP - 14 minutes
  4. 2016
  5.  
  6. © Gabriel Desplanque - Le Fresnoy studio national des arts contemporains.
@ GABRIEL DESPLANQUE
design by sophie cassini